Archives de l’agitation pictave

Pavillon Noir – Numéro 4

Page 3 : Le premier mai lutte comme il te plaît
Page 4 : Nouvelles pictaves
Page 6 : Un tyran peut en cacher un autre
Page 8 : Le nucléaire, énergie irresponsable
Page 9 : Plantes sauvages
Page 13 : Terre et Liberté
Page 14 : Idées reçues sur l’anarchisme
Page 16 : La pub pue
Page 18 : Quelques conseils à destination des futur.e.s réprimé.e.s
Page 19 : Sans Papiers Ni Frontière

Pavillon Noir – Numéro 3

Page 4 : L’édito du boucanier
Page 6 : C’est pas gagné
Page 7 : Le Gâs qu’a perdu l’esprit
Page 8 : Vive la liberté d’expression !
Page 10 : Le droit à l’IVG en question
Page 12 : Sexisme d’État et Subversion des Genres !
Page 13 : Brèves nationales
Page 14 : Brèves pictaves
Page 16 : Assemblées populaires à Poitiers ! ; Solidarité pour la grève générale !
Page 17 : Sur les AG
Page 18 : Le syndicalisme actuel et la masturbation sous la douche
Page 19 : La jeunesse dans la rue avant que tout soit perdu !
Page 20 : Gestion administrative des étudiantEs
Page 21 : Adresse à tous ceux qui sont exploités, méprisés, entretenus dans la misère affective…
Page 22 : Appel à souscription

Pavillon Noir – Numéro 2

Page 2 : Les travailleurs étrangers
Page 7 : La question des retraites
Page 13 : Coup de gueule lycéen
Page 15 : L’intime politique
Page 18 : Méthodes et astuces pour cultiver un jardin ou un champ biologiquement
Page 18 : Le temps des grâces
Page 19 : Haïti, ou la répression permanente
Page 23 : Recette de la colle bio
Page 24 : Le mouvement Skinhead
Page 26 : Violence et anarchisme
Page 33 : Les dérives de l’agriculture intensive et la grippe A
Page 35 : Véganisme et frugalité
Page 37 : La grève, d’actualité ou dépassée ?

Pavillon Noir – Numéro 1

Page 2 : (in)Justice d’État : à quand votre tour ?
Page 5 : La duperie médiatico-politique du 10 octobre
Page 6 : La boule à facette répressive
Page 7 : Suicides au travail
Page 10 : En attendant Godot ?
Page 12 : Déshumanisation du rapport humain
Page 13 : Retour sur le CAC 09
Page 14 : Questions sur l’écologie
Page 15 : Lucy Parsons, la révoltée
Page 18 : Il y a 20 ans à Berlin… Et aujourd’hui ?

J’ai le démon, œuvre des dits « Anarchistes » et autres insaisissables

Affiche annonçant l’assemblée populaire autonome du 23/09/2010

Affiche annonçant la conférence-débat du 30/09/2010

Tract diffusé lors de la manifestation du 12/10/2010

Affiche annonçant le rassemblement du 11/11/2010

Tract diffusé lors du rassemblement du 11/11/2010

Le Baudet Libéré N°1 – Janvier 2011

Tract pour le 01/05/2011

Affiche annonçant le débat du 05/04/2011

Affiche annonçant le débat du 18/05/2011

Tract Éduquer pour émanciper

Tract Nous ne voulons pas de cette École

Brochure Anarchismes

Principes de base de la Fédération anarchiste

Archives du blog du groupe Pavillon Noir

Affiche « Le travail libère-t-il ? »

Affiche pour le 1er mai 2012

Tract pour le 1er mai 2012

La fable des fous

2 thoughts on “Archives de l’agitation pictave

  1. Menfin je trouve votre initiative vraiment bien, bonne chance et bonne continuation! Ne lachez rien.
    Salutations libèrent Terres

  2. Salut à vous, et merci
    Je viens d’avoir une larme, une rage, ou plutôt un interstice de bonheur en lisant votre article page 10 de votre revue « J’ai le démon n°1 » de mars 2010 sur le « jardin » au bord du Clain. Enfin une trace de notre petit paradis et de son saccage. J’en raconterai bien un texte brise-béton mais je tenais juste à vous dire un petit détail, son nom est, ou était, s’il n’en reste rien, je ne suis plus sur Poitiers depuis 2 ans… insaisissable aussi…j’ai quand même aperçu le saccage et eu ouïe de la barbarie, mais trop tard, son nom est le Jardin surrection, ben oui je trouver ça important de le préciser. Le Jard’insurrection, on l’a pris et on l’a gardé, soigné et il nous l’a bien rendu tellement bien que s’il a été détruit par l’espace vert de la ville, c’est aussi et surtout parce qu’il servait d’asile politique. Sans parler de la nature, l’anarchie, puis la ruche étaient les principales choses qui régnaient dans ce JardIn surrection. Ils ont détruit la ruche. La ville et son espace vert. Ils ont détruit la ruche mais pas l’anarchie. Ils étaient bien sûr guidés jusqu’au Jardin sur Ection par les bakeux, vexés de ne pas saisir l’insaisissable et les insaisissables qui passaient souvent par lui, furtifs. Squat après squat ils leur couraient après, forcément ça énerve qu’on se sente bien quelque part.
    Le chemin vert le long du Clain (renommé Ection) ne fût qu’une plate excuse pour écraser un squat sans avoir besoin de procès bidons. Voilà une partie de l’histoire que vous connaissez sans doutes, juste je ne comprends pas pourquoi ne pas avoir écrit ces quelques détails…
    Neibaf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.