[Madrid] Mails d’un pote sur la répression des indignéEs

Salut
 
Hier soir (mercredi), les Indignados de Madrid organisaient une calvalcade (coutume espagnole, avec des marionnettes de rois mages). Il y avait un Christ portant une croix de la consommation, enveloppée de papier cadeau, des rois mages Publicité, Consommation, Banques, qui fouettaient les fidèles, etc.
 
Au moment du rassemblement avant la manifestation, les policiers ont chargé : bilan une arrestation pour refus d’identification, et une jeune fille au cuir chevelu fendu (deux points).
 
Le projet de marche vers Paris/vers l’Élysée avance ; il a été proposé de la nommer Marche pour la souveraineté populaire.
 
@+

***

Salut
Après la répression de la veille (les policiers ont en fait blessé cinq personnes et non une seule, qui a eu 6 points de suture) nous appelions à un rassemblement de protestation sur la Puerta del Sol, à 18 h. Nous étions une quinzaine, perdus au milieu de la foule de touristes et de gens plongés dans le climat de fêtes de fin d’année.

Après avoir reçu le renfort d’une demi-douzaine d’Anonymous qui tractaient en soutien à Bradley Manning, nous décidons de déambuler dans les rues, en chantant des slogans (¡ Policia assessina !, Mas educacion y menos policia, etc.) puis d’aller déposer plainte, dans le climat légaliste des Indignés. La plainte est déposée au commissariat de centre-ville, à la réputation de plus grande dureté que les autres ; les policiers qui ont matraqué la veille viennent d’ailleurs de ce commissariat.

Sitôt arrivés devant le commissariat de centre-ville, tous les policiers qui ne faisaient rien sortent pour « contrôler » la foule dangereuse que nous représentons. Au total, je compte 23 policiers, en tenue, civil et motards. Ils savaient pourtant que nous étions des indignés, et donc totalement pacifistes et légalistes.

Petit à petit, leur jeu de « permettre la libre circulation » dégage l’entrée du commissariat, puis nous en éloigne de plus en plus, avec contrôles d’identité à la clef. Les Anonymous sont séparés de nous, et ils avaient d’ailleurs l’air perdus.

Mais là où on voit le climat de guerre sociale et d’extrême tension entre la police et ce qu’on peut appeler un groupe de hippies inoffensifs, c’est qu’au bout de 15 minutes, 5 fourgons de CRS sont arrivés. Mais ils se sont rendus compte que nous étions totalement inoffensifs, et ne sont même pas tous descendus. Par contre, ils ont entravé la libre circulation des honnêtes citoyens, les fourgons bloquant la rue un quart d’heure de plus. Au total, plus de 60 flics mobilisés pour nous 🙂

Par la suite, il a fallu argumenter sévèrement pour que la plaignante entre accompagnée, il a fallu dire qu’il s’agissait d’un témoin. En discutant avec les CRS, l’un d’eux a été acheter du chocolat au bébé d’une de nous. Alors que nous leur posions des questions sur le respect de leur code de déontologie, ils nous ont sorti une version actualisée, et nous l’ont donnée.

Mails d’un pote, 29 décembre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.