Category Archives: Propagande marchande

[Poitiers] Le confusionnisme Femen débarque à Poitiers

Le confusionnisme Femen débarque à Poitiers

Des « Femen de Poitiers » ont récemment fait une « action », qui fait aujourd’hui l’objet d’un article dans La Nouvelle République locale. Le titre : « Pour faire avancer la cause des femmes ». Ces « Femen » ont aussi fait tourner leurs photos sur les « réseaux sociaux »… ce « buzz » peut-il vraiment faire « avancer la cause des femmes » ? Il y a de quoi en douter !

Cet engouement soudain pour le « féminisme », de la part d’un journal peu amateur des discours et actions féministes à Poitiers, n’est pas étonnant. La presse accueille généralement bien les Femen, qui offrent la possibilité de vendre du papier… et du cliché. Faire progresser la « cause des femmes » avec des photos de seins nus, en voilà une idée nouvelle. On devrait la souffler aux publicitaires.

La presse n’aime pas trop les discours qui dérangent. Avec les Femen, dont les actions consistent à poser devant les journalistes à Poitiers comme ailleurs, on a donc droit aux slogans creux : ça ne mange pas de pain de défendre « les valeurs fondatrices de la République Liberté-Egalité-Fraternité ». C’est sûr que ça passe mieux dans les colonnes de la NR qu’une critique des valeurs sexistes, racistes, autoritaristes et capitalistes fondatrices de la République bourgeoise, que d’autres féministes avancent pourtant depuis longtemps.

Quand ces Femen s’insurgent contre « la prise du pouvoir par l’économie », on aimerait bien leur rappeler la signification du mot capitalisme, car elles ne semblent pas bien au courant de la société où elles vivent. On a ainsi droit à un couplet contre la « mondialisation libérale », une tarte à la crème aussi bien partagée par le PS et l’UMP que par le PCF et le FN, propice au confusionnisme le plus dangereux (voir le dernier autocollant à la mode de l’extrême-droite fascisante à Poitiers, contre « le mondialisme »). Quant à évoquer la « peur de la montée du FN », bonjour la subversivité… le clou du spectacle confusionniste consistant à poser devant la statue de Jeanne d’Arc (une célèbre icône de la féministe… Marine Le Pen ?). Par ailleurs, s’arrêter à une critique du seul FN, n’est-ce pas une façon d’éviter de critiquer l’autoritarisme et le racisme des politiques de gauche comme de droite au gouvernement, et donc, de les cautionner ? Dénoncer le FN, bien évidemment, mais d’une façon aussi confuse, ça ne fait rien avancer.

La lutte contre la domination masculine et la lutte contre le racisme sont indissociables de la lutte contre le capitalisme et l’Etat. Nombre de féministes le savent et luttent déjà dans cette optique, à Poitiers comme ailleurs. Nous ne nous étendrons donc pas plus sur la critique des Femen. D’autres l’ont déjà fait, nous renvoyons à ces articles divers :

Quoi de neuf avec le « nouveau féminisme », par Vanina

Ha les Femen, par les Tumultueuses

– De quoi les Femen  sont-elles le nom ?, par Feu de prairie

Femen partout, féminisme nulle part, par Mona Chollet

Les Femen, un féminisme de type néocolonial, par Sara Salem

Pourquoi je n’ai plus foi en les Femen, par Ovidie

Pavillon Noir, 26 septembre 2014

Territoires : entre dépossession et exclusion, une brochure de 4 pages du réseau No Pasaran

Une brochure synthétique plutôt bien faite sur la question du territoire, réalisée par des groupes du réseau No Pasaran, circule depuis quelque temps sur le web : voici le lien direct pour la consulter, la télécharger, l’imprimer, la diffuser…

http://nopasaran.samizdat.net/IMG/pdf/4pages-territoire_Mise_en_page_1.pdf

[Poitiers] Chroniques du bourrage de crâne numérique

NdPN : voir nos articles précédents sur le sujet, ici ou . La NR remet le couvert avec deux articles consacrés à la propagande capitalo-étatiste sur la promotion de ces engins d’aliénation massive. Et vu le « grand plan numérique » annoncé par Hollande dans l’Education, ce n’est sans doute que le début.

Les écoliers font la classe

Les diverses utilisations des outils numériques ont été observées hier par des responsables de l’Éducation nationale. Immersion à l’école Saint-Exupéry.

Vous avez des questions ? Vous avez bien compris ? Ce n’est pas un enseignant qui posait hier matin ces questions aux écoliers dans l’une des classes de CM2 de l’élémentaire d’application Saint-Exupéry, à la Gibauderie. C’est une élève qui se tient dos à un tableau numérique interactif en présence d’un groupe d’adultes, des représentants de l’Éducation nationale. Parmi eux des locaux, le recteur d’académie et le directeur de l’Éducation nationale mais aussi un membre du ministère de l’Éducation nationale, Catherine Becchetti-Bizot, directrice du numérique pour l’éducation. Ils sont venus faire le point sur les usages du numérique à l’école qui doivent « contribuer à améliorer les apprentissages et faire évoluer les pratiques pédagogiques pour la réussite des élèves ». Ce sont les collectivités locales (Ville, Département…) qui fournissent le matériel.

 L’enseignant reste un passeur de connaissances

Sarah a écrit avec d’autres écolières les exercices de conjugaison pendant la récréation. Les camarades lèvent la main, observent qu’il y a quelques fautes dans des phrases. Ils se déplacent pour les corriger puis reviennent à leur place. Leur enseignant se tient près des fenêtres, attentif, amenant les élèves à préciser leur réponse. « Il reste un passeur de connaissances, il guide, questionne ; c’est l’élève qui travaille. L’innovation ne réside pas que dans le matériel, celui-ci a des incidences sur les gestes professionnels des enseignants », commente en aparté le délégué académique au numérique.
Plus loin, dans la classe numérique mobile, douze élèves de CM1 recherchent avec l’aide de leur professeur, des informations sur le thème des moyens de transports, rédigent des textes, incluent des liens avec d’autres documents et des vidéos. Leur maître assure qu’à leur arrivée au collège, ils maîtriseront les bases informatiques nécessaires.

M.-C. Bernard, Nouvelle République, 18 septembre 2014
***
La visite avait débuté hier matin au collège Ronsard dont les effectifs ont évolué de 540 à 591 cette année. Les représentants de l’éducation nationale, guidée par la principale Annie Arsicot découvrent l’usage du numérique dans différentes matières, en langue, en histoire géographie, en sciences physiques ou en mathématique.
Tableaux interactifs, tablettes, ordinateurs servent de supports de cours aux enseignants et aux élèves. Des sixièmes disposent depuis la rentrée d’une tablette numérique. A la demande de leur professeure de mathématique, ils décryptent un énoncé sur l’écran mais doivent le résoudre sur une feuille. Line expose sa réponse commentée ensuite par des camarades. L’interactivité verbale est de mise.
Des professeurs mettent en ligne leur cours étudié à la maison puis approfondis en classe, ainsi que des publications d’élèves. Des troisièmes transformés en reporters ont « couvert » la célébration du 70e anniversaire de la Libération. La vidéo est diffusée sur des grands écrans dans les espaces communs. Toute la communauté du collège peut ainsi en profiter.
Si les enseignants de l’élémentaire Saint-Exupéry ont été formés aux outils numériques, ce n’est pas le cas de l’ensemble des professeurs du collège Ronsard. Certains sont réticents. « Il faut laisser le temps aux équipes de se les approprier. Le changement fait peur. Il faut faire des propositions sans imposer », remarque la principale du collège. L’inspecteur d’académie souhaite par ailleurs que tous les élèves aient accès à un ordinateur, y compris au centre de documentation qui devrait être davantage accessible.

M.-C. B., Nouvelle République, 22 septembre 2013

Poitiers : la manifestation des lycéens sous haute tension

Les lycéens de Louis-Armand et Auguste-Perret à Poitiers ont manifesté ce matin contre la fusion de leurs réfectoires. Dix jeunes ont été interpellés en marge de l’évènement.

A 8h ce matin, un cortège de plusieurs centaines d’élèves est parti du lycée Louis-Armand de Poitiers, pour rallier le lycée Auguste-Perret, deux-cents mètres plus bas. Leur but ? Protester contre la mutualisation des deux réfectoires. Suite à des débordements (caillassages de policiers, insultes, vandalisation) en marge de la manifestation, dix jeunes ont été interpellés par les forces de l’ordre, rue de Maillochon.

Selon les proviseurs des deux lycées, Bernard Soulignac et Christophe Simonnet, « beaucoup sont revenus en cours ». Vers 10 h, le reste des élèves, soit une centaine, s’est rassemblé en « sit-in » sur la place d’Armes. Maéva Lavergne, en 1ere à Auguste-Perret, et ses camarades ne retourneront pas au lycée de la journée : « Nous ne lâcherons pas ; il faut marquer le coup et leur montrer que nous aussi, nous avons notre mot à dire », lâche-t-elle.

La mutualisation des deux réfectoires pose des soucis lors du déjeuner. Pas moins de 1.300 élèves doivent faire la queue pour espérer manger. Bien souvent, ils attendent 45 minutes, soit la quasi totalité de leur pause du midi. « Nos parents payent la cantine, ce n’est pas pour qu’on n’y mange pas ! », peste Antoine Sobota, en 1ere à Auguste-Perret.

Les élèves prévoient de boycotter leur réfectoire demain midi.

Aurore Ymonnet, La Nouvelle République, 16/9/2014

[Poitiers] Les lycéens ne digèrent pas la fusion de leurs cantines

A Poitiers, les réfectoires de Louis-Armand et d’Auguste-Perret ont fusionné à la rentrée 2014. Les élèves sont mécontents et manifestent ce matin.

Maéva Lavergne et ses camarades du lycée Auguste-Perret pestent contre la fusion de leur cantine avec celle de Louis-Armand. Les élèves des deux lycées poitevins ont décidé de manifester, ce matin, à 8 h, devant Louis-Armand.
Internes et demi-pensionnaires n’ont pourtant que deux cents mètres à parcourir pour rejoindre leur lieu de restauration. « Le midi, il y a 1.300 élèves à Louis-Armand. C’est ingérable car il y a trop de monde d’un coup. Certains élèves sont obligés d’aller chercher un kebab ou un sandwich car ils n’ont pas le temps de manger sur place », désespère Maéva. Et les parents râlent parce qu’ils doivent payer le kebab de leurs enfants en plus de la cantine.

Comment en est-on arrivé là ?

800.000 € de travaux : impossible pour la Région

Le conseil régional du Poitou-Charentes est à l’initiative de cette fusion des deux réfectoires. Stéphane Calviac, directeur général adjoint à l’éducation et la formation, évoque la vétusté de la cantine d’Auguste-Perret. « Les locaux ne permettent plus aux agents de travailler dans de bonnes conditions sanitaires », précise-t-il. Réparer le réfectoire aurait coûté 800.000 € quand la limite était fixée à 290.000 €. Trop cher pour la Région qui a préféré la mutualisation. A Louis-Armand, ce problème n’alarme pas le proviseur, Bernard Soulignac. « Les élèves n’ont pas attendu la fusion des réfectoires pour ne pas y manger, explique ce dernier, Lundi midi, 1.300 élèves ont déjeuné dans de bonnes conditions. Nous avons ajusté les emplois du temps. »

Vers une fusion totale des lycées

Stéphane Calviac partage l’avis du proviseur : « La rentrée est juste faite, il faut être patient ».
D’ici à 2015, l’objectif du rectorat de Poitiers et de la Région est de fusionner les deux lycées. Le but ? Faire émerger une cité des sciences, des technologies et des métiers. Un proviseur dirigerait la direction du conseil d’administration et aurait un adjoint dans chaque lycée. « Nous avons formé un groupe de travail avec les interlocuteurs concernés, nous y verrons plus clair l’année prochaine », déclare Stéphane Calviac. D’ici à la rentrée 2015, beaucoup de kebabs auront été consommés, avec ou sans manque de temps.

Aurore Ymonnet, La Nouvelle République, 16/9/2014